Réunion du 10/12/1934
Classement dans l'archive
Type de contenu:Comptes rendus de réunions
Mot(s)-clé(s):
Notice détaillée
Titre:Réunion du 10/12/1934
Sujet:Traité d'analyse (1934-1935); Années 1934 à 1938; Circulaires ou comptes rendus de réunions
Description:

REUNION DU 10-XII-34 à 12H

Présents : WEIL – DELSARTE – CARTAN – DIEUDONNE – de POSSEL – CHEVALLEY

WEIL expose son projet – fixer pour 25 ans les matières du certificat de Calcul différentiel et intégral en rédigeant en commun un traité d’Analyse.

Il est entendu que ce traité sera aussi moderne que possible. Tout le monde est d’accord sur l’opportunité de l’initiative de WEIL. Le traité sera édité par Hermann et paraîtra en fascicules numérotés de la collection d’Actualités Scientifiques et industrielles. De conversations ultérieures avec le représentant d’Hermann, résulte que les fascicules du traité paraîtront par groupe de quatre ou cinq consécutifs, et qu’en même temps paraîtra un volume où seront réunis les fascicules d’un même groupe, la couverture dudit volume ne contenant aucun rappel de la collection dont font partie les fascicules.

CARTAN dit qu’à son point de vue, l’ensemble des différents volumes ne doit pas faire plus de 1.200 pages – l’observation passe inaperçue.

DELSARTE dit qu’il importe que les différents volumes se succèdent très rapidement. Il faut que le traité paraisse au plus en six mois, afin de provoquer un effet de surprise – tout le monde est d’accord.

WEIL énonce quelques principes généraux : Après un certain nombre de réunions préliminaires, le comité se divisera en sous-commissions étant chargée de la rédaction précise du plan d’une des parties du traité. Aux prochaines grandes vacances aura lieu une réunion plénière d’où sortira un plan définitif très précis et une répartition du travail de rédaction des différents fascicules. En principe la rédaction de chaque fascicule sera confiée à un couple de rédacteurs, la rédaction sera soumise au libre examen de chacun des membres du comité, elle pourra être discutée en réunion plénière et le comité pourra charger les auteurs de la reprendre en tout ou partie.

WEIL pose ensuite le principe qu’aucun sujet ne sera exclu, qu’aucune décision ne sera sans appel.

Tout cela est admis malgré quelques objurgations de CARTAN qui voudrait éliminer l'algèbre du traité.

Il est ensuite décidé que le traité sera un traité « enseignable » et non un traité de référence, à l’unanimité moins la voix de CHEVALLEY.

CARTAN voudrait qu’on suppose connu le programme de Mathématiques générales. Cette suggestion est repoussée. On part du zéro.

  • Une discussion assez confuse s’engage alors sur l’ordre relatif dans lequel on traitera la question des fonctions de variables complexes.
  • Une majorité semble se dégager en faveur du traitement préalable de la théorie des fonctions de variables réelles. Cependant une idée assez obscure de CHEVALLEY, éclaircie ensuite par WEIL retient l’attention du comité. Il s’agit d’exposer d’abord la partie pour ainsi dire « algébrique » de la théorie des fonctions de variables complexes – en partant de la notion de polynôme et en l’étendant, la prolongeant aussi loin que possible.

DELSARTE fait [alors] remarquer que de toute manière il faut faire une théorie préalable plus ou moins complète de l’intégration, et que, plus généralement il importe, pour commencer le traité, de faire un exposé abstrait, axiomatique, de certaines notions essentielles générales ; (corps – opération – ensemble – groupe – etc..) ; à titre indicatif il cite le nom de Van-der-Waarden.

La discussion change alors d’objet – il s’agit de fixer l’étendue de ce « paquet abstrait » préliminaire – on tombe finalement d’accord sur ce qu’il faut le réduire au minimum, quitte à introduire au fur et à mesure les choses nécessaires.

WEIL et CHEVALLEY insistent à plusieurs reprises sur le fait qu’il faut commencer par définir les notions d’opérations et de corps.

CARTAN voudrait qu’on parle d’ensembles dès le début – Ce n’est pas l’avis de CHEVALLEY – la discussion devient confuse – historique et philosophique.

Finalement rien n’est décidé sur le point en litige. WEIL propose de clore la réunion, et de renvoyer à nouveau le comité pour le lundi 14 janvier 1935 à midi – chacun doit apporter « en vrac », sans préoccupation de plan – la liste des sujets qu’il veut voir figurer dans le traité.

Créateur:Delsarte, Jean
Date:1934-12-10
Droits:Archives Bourbaki
Relation:delms004
Format:application/pdf
Langue:fr
Type:Texte
Identifiant:delta001
Pagination:4
Document et fichiers
Dates du document:création: 2012-11-20 11:41:17; modification: 2015-02-23 18:20:55
delta_001.pdf2651063 Octets; PDF document, version 1.4;
ajouté: 2012-11-20 12:00:37
delta001_1.jpg212220 Octets; JPEG image data, JFIF standard 1.02;
ajouté: 2012-11-27 17:22:04
delta001_2.jpg212702 Octets; JPEG image data, JFIF standard 1.02;
ajouté: 2012-11-27 11:22:05
delta001_3.jpg175990 Octets; JPEG image data, JFIF standard 1.02;
ajouté: 2012-11-27 11:22:05
Citer ce document
Delsarte, Jean, “Réunion du 10/12/1934,” Archives Bourbaki, accessed March 27, 2017, http://purl.oclc.org/net/archives-bourbaki/1